«

»

Le livre du thé d’Okakura Kakuzô

 

     Même si moins abordable qu’un Twilight, le livre du thé est une belle introduction au chadō (la voix du thé). Court essai durant lequel Kakuzô Okakura utilise le thé pour emmener le lecteur à la découverte de philosophies orientales méconnues. Lors de son écriture, cet ouvrage était une première. Le point de vue d’un auteur asiatique écrit en anglais, véritable « pont entre l’Orient et l’Occident ». Aucune transcription ou traduction ne venant altérer les concepts décrits par l’artiste. J’adorerais, lorsque mon niveau en langue shakespearienne me le permettra, apprécier le texte original de cette oeuvre. Je ne vous proposerai pas une analyse complète de l’ouvrage, d’autres l’ont déjà fait, et beaucoup mieux que je ne saurai le faire moi même.

Voici quelques citations, qui sans vous mettre réellement dans l’ambiance, vous donneront une idée du style de l’auteur :

« Le théisme est l’art de cacher la beauté que l’on est capable de découvrir, et de suggérer celle que l’on n’ose pas révéler. »

« En vérité, je n’ai nullement l’intention d’être un théiste poli. »

« Le thé n’a ni l’arrogance du vin ni l’affection du café – et encore moins l’innocence minaudière du cacao. »

« Si nous ne pardonnons jamais à autrui, c’est parce que nous nous savons fautifs. Nous chérissons notre égo par crainte de dire la vérité aux autres. Nous nous réfugions dans l’orgueil par peur de nous révéler notre propre vérité. »

Sur ces bien belles paroles, je vous laisse courir en direction de votre libraire préféré pour un achat compulsif cellulosé. Logiquement la version poche aux édition Picquier ne devrait pas vous coûter plus de 6 euros. Une pacotille pour un texte de cette qualité. Bonne lecture !

Vous avez aimé cet article ? Laissez un commentaire !
Et partagez-le ! Il se pourrait qu'il plaise aussi à vos amis.