«

»

Bonbons de Pu’Erh Violet à infuser de chez Yemaya

    Après la petite critique postée la semaine dernière sur La Thé Box, je tenais à écrire plus longuement au sujet de cette dégustation-là. L’innovation la plus « prometteuse » de cette Thé Box selon moi. Les bonbons de thé Pu Erh Violet à infuser.

Instruction du site Yemaya : « Mettez tout simplement un bonbon de thé dans une théière remplie d’eau bouillante jusqu’à ce qu’elle prenne une belle robe cuivrée (environ 2 mn). Jeter la première infusion puis renouveler l’opération. Un bonbon de thé peut servir à 4 ou 5 infusions. Pourquoi infuser son bonbon de thé plusieurs fois ? Votre thé sera ainsi plus riche et vous pourrez savourer les légères variations d’arômes entre chaque infusion. »

Pour les instructions de La Thé Box, voir la dernière photo, Cliché du ‘Carnet de Dégustation’ fourni avec la box.

Quelques informations divergent, mais dans l’ensemble les conseils restent les mêmes. A noter que les deux minutes préconisées par Yemaya ne suffiront pas à vous apporter la belle robe cuivrée dont ils parlent. Côté La Thé Box, le Carnet dans son titre nous parle de bonbon au thé Pu Erh Vert, alors que le site nous parle de bonbon de thé Pu Erh Violet à infuser. L’emballage de mes échantillons tirant plus vers le violet que vers le vert, je suppose que le site a raison. Cela est certainement dû à une erreur au niveau du titre car la suite du Carnet nous parle bien du Pu Erh Violet.

J’ai tenté deux dégustations grâce aux deux échantillons trouvés dans ma Thé Box. Je ne vous parlerai pas de la première, effectuée avec un ami amateur de Pu Erh, car elle n’a été que déception. Pour ce qui est de la deuxième, j’ai essayé de suivre les consignes du carnet à la lettre. Ma théière en terre, une eau bouillante, je jette le bonbon dedans. La première infusion de 4 minutes ne suffit pas pour que le bonbon s’ouvre totalement. Je jette l’infusion, puis verse à nouveau une eau bouillante. Là, le bonbon s’éparpille dans ma théière en un multitude de petits morceaux de feuilles. Je goûte donc cette infusion. Un léger goût boisé et puis un très léger goût très caractéristique de… terre humide.

J’ai une bonne nouvelle ! Mazel Tov ! C’est un Pu Erh ! Parce qu’à ma première expérience j’en doutais presque.

L’infusion reste très claire et aura du mal à tendre vers le brun foncé qu’attendent certains du Pu Erh. Une infusion trop longue apportera une certaine amertume même si le site de Yemaya nous garantit un thé : « rond, doux et sans la moindre amertume ». Les infusions suivantes ont appauvri notre liqueur plus qu’elles ne l’ont enrichi. J’ai bien peur – de ma faible expérience en la matière – que ce Pu Erh soit un peu trop jeune et bien mal conditionné pour nous apporter de bonnes surprises.

Ces bonbons de thé sont aux galettes ce que les sachets sont aux thés en vrac. Mais réussiront-ils à démocratiser la consommation de Pu-Erh pressé ? Ça, c’est une autre histoire.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le ! Il se pourrait qu'il plaise aussi à vos amis.