«

Le Musée du Vin et du Négoce (suite)

Tamayura_1

    Non content de nous offrir une exposition sur le thé,  le musée du Vin et du Négoce surenchérit, et nous prépare maintenant des séances de dégustation. La première, très simple, était animée par une stagiaire du musée. Elle traitait de thés chinois. Nous avons longuement parlé des différences culturelles marquant nos deux pays. Mais ce n’est pas de celle-ci dont je souhaite vous parler aujourd’hui. Le 18 mai, dernier le musée avait invité Olivier Leclerc, l’un des fondateurs de la maison Tamayura, pour un parallèle entre le thé et le vin. Il s’est surtout attardé sur sa spécialité, le thé vert japonais.

Tamayura_2Les sujets abordés ont été nombreux : les thés verts japonais en eux-même, les différentes méthodes de production, leur histoire, la tradition japonaise, les importations suite à l’incident de mars 2011, les récoltes de printemps, j’en passe et des meilleures. Puis nous les avons tous dégustés un à un. Sencha, Houjicha, Genmaicha, Gyokuro et même Matcha. Ma plus grande surprise, le Gyokuro, une découverte pour moi. Bien préparé, celui-ci a surclassé tous les thés japonais que j’ai pu boire jusque-là. Une telle puissance se développant en bouche approchant de si près l’amertume sans jamais la sentir. Quelques-uns d’entre nous se sont ensuite adonné à un petit atelier de préparation de matcha. Un bon coup de poignet semble nécessaire pour maitriser cet art.

Superbe prestation de la part d’Olivier Leclerc qui a su nous mettre dans l’ambiance avec son « costume traditionnel » et ses anecdotes dépaysantes. L’autre exploit de l’après midi, s’adapter au niveau hétéroclite de ses interlocuteurs tout en conservant un exposé construit et intéressant pour tous. Challenge réussi. Je remercie une fois de plus le musée d’organiser ce genre d’évènement  pour notre petite communauté trop souvent oubliée par les acteurs de la culture locaux.

3

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le ! Il se pourrait qu'il plaise aussi à vos amis.